lille's city pass 2013
Les Grands Evènements de 2013
Les Principaux Marchés
Les Parcs et Jardins
Les Musées
Les Monuments
Lille, ville d'Art et d'Histoire
Brochure Visites Guidées Groupes
Notre service visites guidées groupes
Activités & Loisirs
Nos idées séjours
Notre service séjours groupes
Se restaurer
Se loger
Tourisme fluvial
Location d'autocar
FAQ
Nous contacter
Stationner votre car
Venir à Lille
 
   Grand Public Groupes Travel trade Presse affaires et congrès
Lille Tourisme sur FacebookLille Tourisme sur Twitter
Office de Tourisme et des congrès de Lille
Reservation :
Hébergements
Packages
Loisirs
Plus de critères
 
    LILLE PRATIQUE     DECOUVRIR LILLE     VISITES GUIDÉES GROUPES     COURTS SEJOURS     SERVICES +  
RÉSERVATION
  Téléchargez ici le bon de réservation pour votre visite guidée  
 
IDÉES DE SÉJOURS
  Retrouvez l'ensemble de nos idées séjours groupes avec hébergement  
 

OFFICE DE TOURISME
Informations pratiques : horaires d'ouverture et téléphone
 

NOUS CONTACTER
Vous souhaitez obtenir des informations sur les visites guidées groupes
 

LILLE'S CITY PASS
Pour toute demande supérieure à 20 City Pass, un tarif préférentiel vous sera accordé
 

NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre newsletter trimestrielle pour découvrir toutes les nouveautés groupes !
 
 

 

 

ACCUEIL \ DECOUVRIR LILLE \ Les Monuments

   
 Le Palais Rihour (Office de Tourisme et des Congrès de Lille)
office du tourisme Lille, palais Rihour Lille, Duc de bourgogne Lille

Place Rihour

Il est l’unique témoin architectural de l’époque où les ducs de Bourgogne régnaient sur Lille. Commencé en 1453 par Philippe le Bon, il est terminé 20 ans plus tard par son fils Charles le Téméraire.

Racheté au XVIIème siècle par le magistrat pour en faire un Hôtel de Ville, il est entièrement transformé au XIXème siècle pour l'embellir et le rendre plus fonctionnel. Il brûle accidentellement en 1916. Seuls l’escalier d’honneur et les deux chapelles superposées ont échappé au sinistre. Au rez-de-chaussée, la chapelle basse, dite Salle des Gardes, abrite aujourd’hui l’Office de Tourisme et des Congrès de Lille.

A l’étage, la Salle du Conclave est l’ancienne chapelle ducale. Elle est accessible par un escalier monumental. La sacristie qui la jouxte est illuminée par des vitraux anciens.

En façade, l’escalier monumental à volées droites annonce déjà la Renaissance, tandis que les chapelles sont de style gothique flamboyant.

La Salle des Gardes (Office de Tourisme et des Congrès de Lille) est ouverte tous les jours (sauf les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre). Du lundi au samedi de 9h00 à 18h00, le dimanche et les jours fériés de 10h à 12h et de 14h à 17h.

La Salle du Conclave est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h, le samedi et le dimanche de 10h à 12h et de 14h à 17h. Ces horaires peuvent être modifiés en fonction des manifestations qui s’y déroulent.

 
 La Vieille Bourse
Vieille Bourse Lille

Place du Général de Gaulle (Grand Place)

 

C’est sans conteste le plus beau monument de la ville.

Sa construction est décidée en 1651, pour offrir un abri aux gens de commerce et de finance, jusque là habitués à se rencontrer en plein vent. Sa réalisation est confiée à l’architecte Julien Destrée en 1652 – 1653.

Sous son apparente unité, elle est en réalité composée de vingt-quatre maisons identiques, bâties aux frais de vingt-quatre marchands. Elles forment un quadrilatère autour d’une cour à arcades, dont le calme contraste avec l’animation des rues alentour.

L’abondant décor sculpté des façades polychromes présente une infinie variété de pilastres animés d’atlantes et de cariatides. Au dessus des fenêtres, les frontons, tantôt cintrés tantôt triangulaires, sont ornés de cartouches pansus, de guirlandes de fleurs et de fruits charnus, à la manière de la Renaissance flamande.

La cour intérieure de la Vieille Bourse est ouverte chaque après-midi, du mardi au dimanche. Elle accueille un marché de livres d’occasion, parfois des joueurs d’échecs. Des soirées tango s’y déroulent le dimanche de 19h à 22h, de juillet à septembre.

 
 La Déesse
Grand Place Lille, Bienvenue chez les ch\'tis

Place du Général de Gaulle (Grand Place)

Dressée au milieu de la Grand'Place, cette colonne commémore le siège de Lille par les Autrichiens en septembre 1792. Dans la main droite, la Déesse tient un ‘boute-feu’ qui sert à allumer la mèche des canons. Sa main gauche indique une inscription gravée sur le socle : la réponse courageuse du maire de Lille, André, refusant de rendre sa ville assiégée. Cette victoire fut aussi saluée par la Convention Nationale, proclamant que « Lille avait bien mérité de la patrie ». Le monument, dessiné par l’architecte Charles Benvignat a été érigé en 1845. Le sculpteur de la Déesse est le Douaisien Théophile Bra, également auteur de deux bas-reliefs sur l’Arc de Triomphe à Paris.


 
 La Grand Garde
Théâtre du Nord Lille, Lille Grand Garde

Place du Général de Gaulle (Grand Place)

Construite en 1717 par Thomas Joseph Gombert, c’était le regard du roi de France au centre de la ville récemment annexée. Le bâtiment servait en effet à loger les soldats du guet. C’est surtout l’introduction d’une nouvelle architecture, classique, dans une ville flamande de brique et de pierre.

On reconnaît sur le fronton triangulaire le soleil de Louis XIV, et, de part et d’autres, les armoiries de France et de Lille.

C’est actuellement le siège du Théâtre du Nord, dirigé par Stuart Seide.

 
 L'Opéra

Place du Théâtre

 

En 1903, suite à l'incendie du théâtre, l'architecte lillois Louis-Marie Cordonnier est chargé de construire un Opéra, dans l'esprit des réalisations de Charles Garnier et Monte-Carlo. Réalisé juste avant la Première Guerre Mondiale, il est inauguré par les Allemands en 1914 puis une seconde fois par les Français en 1923.
Sur le fronton surmontant la façade, Apollon entouré de ses muses est l'oeuvre du sculpteur Hippolyte Lefebvre. A gauche, l'allégorie de la Musique est d'Amédée Cordonnier, à droite, celle de la Tragédie d'Hector Lemaire.

L'intérieur présente un escalier monumental et un riche décor de style Louis XVI fait de marbre, de stuc, de bronze, d'or et de cristaux scintillants.
La salle à l'italienne est l'une des derniers exemples construits en France, et peut accueillir 1 136 spectateurs.
L'Office du Tourisme de Lille organise tout au long de l'année des visites-concerts,
plus d'informations !

 

 
 
 La Chambre de Commerce et d’Industrie
Beffroi Lille, Chambre de Commerce Lille, Grand Lille

Place du Théâtre

 

Institution, créée en 1701 par Louis XIV, elle occupa jusqu'au XIXème siècle la Vieille Bourse mais l’essor industriel rendit vite exigu le bâtiment de Julien Destrez.

Louis Cordonnier, qui venait de bâtir la Bourse d'Amsterdam, fut chargé de réaliser celle de Lille à l'entrée du boulevard Carnot, ouvert par l'ingénieur Mongy en 1903. Il emploie ici un style néo-régionaliste inspiré du rang du Beauregard (1687) situé juste en face.

Le beffroi, haut de 76 mètres, symbolise la puissance des cités marchandes. A l'intérieur, le programme décoratif des vastes espaces fait l'éloge du travail et du courage, sources de la prospérité de la ville. C'est toujours un lieu de réunion, de conseil et de promotion des entreprises régionales.

 
 Le Rang du Beauregard
Beauregard Lille, Lille Place du Théâtre, Lille

Place du Théâtre

 

En 1667, le Magistrat de Lille souhaite uniformiser les nouvelles constructions dans un souci d’harmonie avec les bâtiments existants, notamment la Vieille Bourse. Des règles sont imposées aux propriétaires : alignement sur son voisin et plan standard composé de trois étages sur une vaste cave et surmontés d’un grenier à mansarde. Seules la pierre et la brique sont autorisées.

Par ses lignes sobres où domine l’élan vertical et par sa décoration discrète de cartouches à têtes d’anges, de volutes, et de cornes d’abondance, l’ensemble construit en 1687 par Simon Vollant représente la synthèse du style français du XVIIème siècle et de la tradition locale. Quelques boulets de canons sont fichés dans les façades, souvenir du siège de Lille par les Autrichiens en 1792.

 
 La cathédrale Notre-Dame de la Treille
Cathédrale Notre dame de La Treille Lille, Grand orgue Lille, Radio France Lille

Place Gilleson

 

En 1854 surgit l’idée d’édifier une basilique grandiose, dédiée au culte de la vierge, dont une statue miraculeuse protégée par un treillis de fer (d’où son nom de Notre-Dame de la Treille) est connue à Lille depuis le Moyen Age.

Le style imposé aux architectes est précisément le gothique du XIIIème siècle, avec pour références les cathédrales de Reims, Amiens et Chartres. Les dimensions du projet initial sont pharaoniques : 132 mètres de long et flèches culminant à plus de 115 mètres. Pourtant, les guerres et les difficultés financières auront rapidement raison de ces plans. Avec la création de l’évêché de Lille en 1913, la basilique devient cathédrale, mais le chantier, pourtant ramené à des proportions plus modestes, traîne en longueur et la cathédrale reste inachevée.

Il faut attendre les années 90 pour qu’une souscription publique permettre de réaliser la façade principale, inaugurée en 1999. Conçue par l’architecte lillois Pierre-Louis Carlier, elle est le résultat d’une grande prouesse technique, rendue possible grâce à la collaboration de Peter Rice (ingénieur de l’Opéra de Sydney et du Centre Pompidou à Paris). Sa partie centrale est composée d’une ogive de 30 mètres de haut, tapissée de 110 plaques de marbre blanc de 28 millimètres d’épaisseur, que soutient une structure métallique. De l’intérieur, ce voile translucide révèle une surprenante couleur rose orangé.

Au sommet, la rosace de verre sur le thème de la Résurrection est l’œuvre du peintre Ladislas Kijno. Le portail est du sculpteur Georges Jeanclos.

La cathédrale est ouverte du lundi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h30 (en continu le jeudi), le dimanche de 10h à 13h et de 15h à 18h.

Visitez le site de la cathédrale !
 
 La Porte de Paris

Place Simon Vollant

 

Cet arc de triomphe est érigé sur les remparts (aujourd’hui disparus) de 1685 à 1692, pour célébrer la prise de la ville par Louis XIV en 1667. Il remplace l’ancienne Porte des Malades, qui s’intégrait déjà dans l’enceinte depuis le Moyen Age.

Simon Vollant, architecte de la Citadelle aux côtés de Vauban, y développe un décor sculpté où s’expriment la puissance et la magnificence du Roi Soleil. Au sommet, une Victoire, assise au milieu de trophées d’armes et de drapeaux, dépose une couronne de lauriers sur la tête de Louis XIV taillée dans un médaillon.  A droite dans une niche, Hercule avec sa massue symbolise la force. A gauche figure Mars, dieu de la guerre.

 
 La Citadelle

Avenue du 43 Régiment d'Infanterie

Elle est édifiée de 1667 à 1670 par Sébastien le Prestre, marquis de Vauban, sur ordre de Louis XIV qui vient de conquérir la ville. Elle fait alors partie du Pré Carré, double ligne de places fortes s’étendant de la mer du Nord à la Meuse pour protéger les frontières.

C’est une véritable ville dans la ville, entourée de bastions formant une étoile à cinq branches (circonvolution de 2200 mètres). Pour la construire, il a fallu cuire soixante millions de briques, extraire des carrières trois millions de blocs de pierre et soixante dix mille pieds de grès. La porte royale de l'entrée arbore une inscription en latin, véritable louange à la gloire du Roi Soleil.
Qualifiée de « Reine des Citadelles », Vauban lui-même disait qu’elle était la plus belle et la plus achevée du royaume. C’est à la fois un chef-d’œuvre de fortification, d’art urbain et d’architecture française.

L’Office de Tourisme et des Congrès de Lille organise des visites guidées de la Citadelle le dimanche 15 avril, puis du 3 juin au 26 août 2012 le dimanche à 15h et à 16h30, plus d'informations !

 
 La statue du P’tit Quinquin

Square Foch - rue Nationale

 

C’est en 1853 qu’Alexandre Desrousseaux compose à Lille L’canchon dormoire (littéralement Chanson pour dormir), célèbre sous le nom de P’tit Quinquin. Elle raconte en patois local l’histoire d’une pauvre dentellière du quartier Saint-Sauveur qui s’acharne à faire dormir son bébé Narcisse.

Le monument du square Foch est une réplique récente de l’original, exposé à l’hôtel de ville. On le doit au sculpteur Eugène Desplechin (1902).

 
 La Maison Coilliot
Lille Guimard, Lille Coilliot, Lille Fleurus, Lille

14 rue de Fleurus

 

Superbe témoignage d'Art nouveau, cette maison est signée Hector Guimard, connu surtout pour ses réalisations dans le métro parisien.

Elle a été imaginée à la demande du céramiste Coilliot, soucieux de mettre en valeur son propre savoir-faire. D'où les jeux d'émail sur cette façade atypique.

 

Extérieur uniquement

 
 Le quartier Euralille
Lille euralille, Lille business, Lille affaires

Conçu à la fin des années 80 par l’urbaniste et architecte néerlandais Rem Koolhaas, le quartier Euralille s’articule autour de la gare TGV Lille Europe(architecte : Jean-Marie Duthilleul). Les lignes futuristes de ce nouveau « morceau de ville » sont devenu le symbole de la mutation de l’ancienne agglomération industrielle en métropole tertiaire.

La transparence est le maître-mot des différentes réalisations qui composent le quartier. Le verre est omniprésent, associé à d’autres matériaux bruts, le béton et l’acier notamment.

Des noms prestigieux de l’architecture contemporaine ont signé les principaux édifices : Christian de Portzamparc pour la tour du Crédit Lyonnais, Claude Vasconi pour la tour Lilleurope et Jean Nouvel pour le centre commercial Euralille. Rem Koolhaas est également l’auteur de Lille Grand Palais, vaste ellipse abritant sous le même toit un centre de congrès, un parc d’expositions et une salle de spectacle.

Le viaduc Le Corbusier (architecte : François Deslaugiers) offre une vue d’ensemble sur le parc Matisse. Ce jardin de 8 hectares, dû au paysagiste Gilles Clément, débouche sur la Porte de Roubaix (1620). En son centre, un îlot inaccessible de 2500 m² sur un socle de 7 mètres de haut reste vierge de toute intervention humaine.
Place François Mitterrand, entre la gare Lille Europe et le centre commercial, on peut admirer les tulipes géantes et multicolores de l’artiste japonaise Yayoi Kusama. En face, la maison de l'architecture et de la ville est installée dans un bâtiment réalisé par l'agence X'TU.

L'extension du quartier se poursuit avec Euralille II : au-delà de Lille Grand Palais, sur un terrain de 22ha, ce vaste projet a été confié aux architectes-urbanistes F. Dusapin et F. Leclercq. L'Hôtel de Région y a déjà installé son nouveau siège.

 
 Les maisons Folie
Maison Folie Wazemmes Lille

Maison Folie de Wazemmes : 70 rue des Sarrazins
Maison Folie de Moulins : 47 - 49 rue d'Arras

 

A l’occasion de lille2004 Capitale Européenne de la Culture, 12 maisons Folie ont été créées, dans toute la région Nord-Pas de Calais et en Belgique.

Il s’agit de nouveaux lieux de création, de diffusion et de rencontre au cœur des quartiers, mis à la disposition des artistes, des associations et des habitants. Elles offrent des espaces d’exposition, studios de répétition, résidences d’artistes, salles de spectacle, etc.

A Lille, les deux maisons Folie ont investi des friches industrielles réhabilitées. Celle du quartier de Wazemmes est une ancienne filature, complétée par un édifice contemporain réalisé par le groupe d’architectes néerlandais NOX, identifiable à sa coque métallique ondulée. Le sous-sol voûté de briques de l’ancienne usine accueille désormais un hammam oriental. Dans le quartier de Moulins, il s’agit d’une ancienne brasserie-malterie, dont les bâtiments organisés autour d’une cour centrale témoignent encore du soin apporté aux détails architecturaux des édifices industriels du XIXème siècle.